Lot Content

Global notice COVID-19 Important notice
PAIRE DE CHENETS DE STYLE LOUIS XVI
No VAT will be charged on the hammer price, but VA… Read more
PAIRE DE CHENETS DE STYLE LOUIS XVI

MILIEU DU XIXEME SIECLE

Details
PAIRE DE CHENETS DE STYLE LOUIS XVI
MILIEU DU XIXEME SIECLE
En bronze ciselé et doré, à motif de lyre surmontée d'une graine, flanquée de masques de satyre et de branches de laurier, reposant sur une base ornée d'un mufle de lion, les côtés à décor de rinceaux et flambeaux ailés, l'extrémité surmontée d'une graine
Hauteur: 43 cm. (17 in.), Largeur: 39,5 cm. (15½ in.) (2)
Provenance
Acquis par la propriétaire actuelle auprès de la galerie Dalva Brothers, New-York, vers 1965.
Special Notice

No VAT will be charged on the hammer price, but VAT payable at 19.6% (5.5% for books) will be added to the buyer’s premium which is invoiced on a VAT inclusive basis
Post Lot Text
A PAIR OF LOUIS XVI STYLE ORMOLU LYRE-SHAPED CHENETS, MID-19TH CENTURY

Lot Essay

Un modèle identique d'époque Louis XVI avec de légères variantes - une flamme à la place d'une graine aux extrémités d'époque Louis XVI - a fait partie de la collection de Karl Lagerfeld, vente Christie's Monaco, les 28-29 avril 2000, lot 45 (FF 752.500).

Le premier exemplaire documenté de ce modèle fut livré par Claude Jean Pitoin en 1777 pour M. de Fontanieu, Intendant Général des meubles de la Couronne. Le feu fut facturé 1 400 livres par le doreur du Roi, fournisseur des bronzes du Garde Meuble. Un second exemplaire fut fourni, toujours par Pitoin, pour le cabinet de Marie-Antoinette en 1779 au prix de 2 800 livres. Un dernier fut placé dans la chambre du duc d'Angoulême à Versailles en 1780 et coûta 1 800 livres.

Les écarts de prix importants pour ces trois feux identiques ne peuvent s'expliquer que par une différence dans la qualité de la ciselure et de la dorure.
Quant au créateur du modèle, il semble improbable que ce fut Pitoin. Il pourrait s'agir de Jacques Gondoin, dessinateur du mobilier de la Couronne. En effet, s'il dessina surtout des sièges et des torchères, Gondoin possedait en 1795 un feu en deux parties, grand recouvrement représentant lyre et pot a feu de cuivre doré d'or moulu.
En outre, Gondoin dessina en 1779 la tenture et les sièges du cabinet intérieur de la reine, ainsi que les sièges, il semble donc logique qu'il ait pu placer dans la cheminée une paire de chenets qu'il venait de concevoir.

Si Gondoin avait dessiné les chenets, si Pitoin les avait livrés, ce fut probablement le doreur Marcel-François Noël qui les réalisa. En effet, en avril 1777, ce dernier factura au comte d'Artois 1 060 livres pour un feu à recouvrement à lire et tête de satire sur les côtés dorés d'or moulu.

Le modèle perdura au moins jusqu'en 1783 puisqu'à cette date François Remond fournit encore deux feux de ce modèle.

Parmi les exemplaires existants, une paire de chenets est conservée au musée du Louvre et reproduite dans Pierre Verlet, Les bronzes dorés français du XVIIIe siècle, Paris, 1987, p.284, fig. 317-319.

Un second feu fit partie de la collection S. Bardac, vente Paris, Galerie Georges Petit, le 9 décembre 1927, lot 84.

More from Important Mobilier et Objets d'Art

View All
View All