Lot Content

Global notice COVID-19 Important notice
PLAT PEINT
In addition to Buyer's Premium, a commision of 5.5… Read more COLLECTION D'UN GRAND AMATEUR D'OUTRE-ATLANTIQUE
PLAT PEINT

CLASSIQUE FINAL, ENV. 550-950 APRÈS J.C.

Details
PLAT PEINT
Classique Final, env. 550-950 après J.C.
Plat décoré avec un motif finement réalisé dans le "style codex" avec dans sa moitié supérieure la représentation d'une scène où l'on peut voir un militaire victorieux assis avec assurance les jambes repliées et placé sur un siège en plumes d'où émergent des parties du corps enroulé du Serpent de la Guerre (un des aspects du Serpent de la Vision) avec un symbole de même forme sortant de la bouche et un sigle en forme de trapèzes entrecroisés à l'arrière qui sont caractéristiques de la thématique de la guerre. La partie basse, qui supporte la scène supérieure, représente une grande tête semblable à celle de Tlaloc (qui est une imagerie fréquente sur les céramiques peintes Téotihuacan), avec des yeux ronds au regard tourné vers le bas. Le chevalier guerrier a pour sa part des yeux tournés vers le bas lèvres entrouvertes, un enroulement en "u" placé devant lui telle une parole sortant de sa bouche ou de la terre, il porte un turban débordant en peau de jaguar tachetée où l'on voit de nombreux emblèmes guerriers parmi lesquels se trouvent des excroissances en forme de trapèzes, un appendice arrière recourbé et des bijoux, et il tient un long bâton surchargé d'emblèmes parmi lesquels se trouvent une tête féroce du Serpent de la Vision avec des flammes sortant de la gueule et de nombreux enroulements de flammes se répandant de toute part. Peintures évanescentes sur fond crème avec une bordure soulignée en rouge. Perforation rituellique.
Diamètre: 36 cm
Provenance
Dans la famille de l'actuel propriétaire depuis les années 1970.
Literature
Francis Robicsek and Donald Hales, The Maya Book of the Dead, The Ceramic Codex, Charlottesville, 1981, p. 75, vase 107
Special Notice

In addition to Buyer's Premium, a commision of 5.5% (i.e. 6.578% inclusive of V. A. T.) will be charged to Buyer's. It will be refunded to the Buyer upon proof of export of the lot outside the European Union within the legal time limit.
Post Lot Text
MAYAN PAINTED PLATE
LATE CLASSIC, CA. A.D. 550-950
Finely painted in codex style depicting a complete, self-contained scene of a victorious warrior, the self-possessed figure seated with legs raised on a plump bolster which rests on and forms part of the swirling body of a War Serpent (an aspect of the Vision Serpent), a "kin" emblem on his snout and a crisscrossed trapezoidal protrusion from the back denoting "war", with large Tlaloc-like head (a frequent figure in Teotihuacan painted ceramics) as the supporting platform, with goggle eyes peering from below, the warrior-knight with eyes downward-cast and lips parted, a speech scroll before him with the "u", or earth, wearing a bouffant jaguar-spotted turban incorporating further devices associated with warfare including the trapezoidal projection, a spotted loincloth and similarly patterned, arching backrack and jewelry, holding a long and emblem-laden staff adorned with a ferocious Vision Serpent's head with flames projecting from the its jaws, further curving flames spilling over the sides, painted in umber on the cream ground with the rim in reddish brown ; ritual kill-hole.
The term Codex style refers to the usage of monochrome painting on a cream background accompanied by variations in the black-brown slip. It is clear that the artists working in this technique were familiar with inscribing the folding-screen books that the Maya made of bark paper coated with stucco. These codices are most often associated with the Aztec and are filled with the colorful pictographs. The perforation in the center of the
lak, plate, appears to be a ceremonial "killing" of a ceramic(or gold object) in order to liberate it from the soul of their previous owner, or to permit the soul of the object to accompany the deceased into the land of the dead.
Within the context of this receptacle for offerings or food, there are several unique elements : the subtle and blatant juxtaposition of "war" iconography with tie-ins to Teotihuacan with the trapezoidal badge(also interpreted as the Teotihuacan year symbol see Perelman, fig.51), the unique seated position of the lord, here not cross-legged as is the stereotype, but knees flexed and daintily posed on the serpent's back is distantly reminiscent of the more dramatic pose of Pacal on his sarcophagus lid (see pl. IIId, Blood of the Kings) who sits atop the Quadripartite Sun Monster, and the use of Yucatec dialect by the victorious lord surrounded by Teotihuacan symbols.
The cream-colored surface of this funerary dish has been exquisitely painted as a complete tableau by an artist with great mastery of the fine line codex technique.

Lot Essay

L'appellation "style codex" correspond à un décor monochrome peint avec des variations de couleurs noires appliquées sur un fond de couleur crème, et il semble indéniable que les artistes qui pratiquaient une telle technique étaient familiers des cercles des peintres qui réalisaient les feuillets articulés des livres Maya réalisés à partir de feuilles d'écorce enduites de stuc, bien que ce type de codex soient plus souvent associé à ceux réalisés par les Aztèques et qui sont pour leur part emplis de pictogrammes très colorés. Le symbole de la perforation centrale située dans le creux du plat peut s'interpréter comme la mort rituelle de la céramique même ou d'un objet en or qui semble destiné à libérer l'âme du dernier propriétaire de la vaisselle ou à permettre à l'âme contenue dans l'objet d'accompagner le défunt au pays des morts. En dehors de la connotation d'offrande ou d'utilisation alimentaire, certaines particularités uniques se retrouvent sur cet objet telles que l'évidente et subtile juxtaposition d'une iconographie guerrière avec des motifs trapizoïdaux liés à la civilisation Téotihuacan (également interprétés comme des symboles calendaires "Téotihuacan": voir Perelman, fig. 51), la position jamais rencontrée du seigneur qui est assis non pas jambes croisées comme d'accoutumée mais les genoux relevés et qui est placé avec grâce sur le dos d'un serpent (ce qui rappelle un peu - voir pl. IIId, dans Blood of the Kings - le positionnement encore plus théâtral de Pacal sur le couvercle de son sarcophage qui est assis sur le Monstre solaire à quatre faces), ou encore l'utilisation du dialecte Yucatec par le seigneur victorieux encadré de symboles Téotihuacan.
La scène représentée sur la surface de couleur crème de ce plat funéraire a été peinte avec talent par un peintre doté d'une grande maîtrise dans l'utilisation des traits fins qui sont employés dans la technique des codex.
;

More from ART AFRICAIN, OCEANIEN ET PRECOLOMBIEN

View All
View All