Home page

Global notice COVID-19 Important notice
PROUST, Marcel (1871-1922). Agenda janvier-mars 1906. Kirby, Beard & Co. [Entre 1908 et 1911].
Ne pas oublier phrase de violon (fugue) qui au son chaque fois me donne une réminiscence et à la fin m'en rappelait une, indirecte: que de temps perdu depuis Combray
PROUST, Marcel (1871-1922). Agenda janvier-mars 1906. Kirby, Beard & Co. [Entre 1908 et 1911].

Details
PROUST, Marcel (1871-1922). Agenda janvier-mars 1906. Kirby, Beard & Co. [Entre 1908 et 1911].

In-16 (99 x 60 mm). 2 feuillets pour le calendrier, deux feuillets publicitaires "Kirby, Beard & Co., Ld." contrecollés, 50 feuillets dont 17 portent des annotations autographes de Marcel Proust, 2 autres feuillets publicitaires contrecollés et répertoire resté vierge. Encre brune, crayon et crayon bleu, quelques soulignements au crayon rouge. ENRICHI DE DEUX PETITS DESSINS dont un représente une silhouette d'église. On trouve, insérés, trois feuillets volants (deux pour les calendriers 1905 et 1907 et un feuillet blanc portant des annotations autographes). Maroquin rouge, dos lisse, "1906" en lettres dorées sur le plat supérieur, tranches dorées (reliure fanée, usures du temps et taches éparses).

TRÈS PRÉCIEUX CARNET DE MARCEL PROUST, ENTIÈREMENT INÉDIT, TRUFFÉ DE NOTES EN VUE DE LA RECHERCHE.

En 1908, Mme Straus offre à Marcel Proust cinq carnets oblongs de la très sélecte maison anglaise, Kirby Beard, installée à Paris rue Aubert. Quatre d'entre eux, noircis de notes, sont conservés à la Bibliothèque nationale de France. On sait combien ces "petits almanachs" le ravissaient et c'est dans cet agenda Kirby Beard qu'il poursuit et complète inlassablement la longue gestation de La Recherche.

Ces notes, remarques et phrases accumulées sont destinées à nourrir ses Cahiers et constituent "le produit de ses rêves et de ses réflexions, produit qu'il va distiller pour en extraire une oeuvre d'art" (Philip Kolb. Le Carnet de 1908. Paris: Gallimard, 1976, p. 9). On retrouve certains de ces mémentos, jetés en désordre au fil de ses pensées, dans Du côté de chez Swann, À l'ombre des jeunes filles en fleurs, Sodome et Gomorrhe et Le Temps retrouvé.

Ainsi le "chêne d'Amérique", les "marronniers et lilas de Trianon" et les "plantation[s] de Virginie" évoqués au 15 janvier sont autant d'éléments de décor qu'il égrène pour peindre le bois de Boulogne: "Mais la beauté que faisaient désirer les sapins et les acacias du bois de Boulogne, plus troublants en cela que les marronniers et les lilas de Trianon que j'allais voir, n'était pas fixée en dehors de moi dans les souvenirs d'une époque historique [...]" (Du côté de chez Swann, La Pléiade, 1987, p. 416).

L'obscure "coagulation d'un oeuf propulsé" (17 janvier) est une métaphore dont il use pour décrire le soleil dans Sodome et Gomorrhe "[...] l'oeuf d'or du soleil, comme propulsé par la rupture d'équilibre qu'amènerait au moment de la coagulation un changement de densité, barbelé de flammes comme dans les tableaux, creva d'un bond le rideau derrière lequel on le sentait depuis un moment frémissant et prêt à entrer en scène [...]" (La Pléiade, 1988, p. 512).

Le fragment "comme quand un réflecteur mal réglé d'abord promène autour d'un objet sur la muraille de gdes ombres fantastiques qui viennent ensuite se replier et s'anéantir en lui" (19 janvier) est repris mot pour mot dans Du côté de chez Swann: "Alors ces moments-là, pendant qu'elle leur faisait de l'orangeade, tout d'un coup, comme quand un réflecteur mal réglé d'abord promène autour d'un objet, sur la muraille, de grandes ombres fantastiques, qui viennent ensuite se replier et s'anéantir en lui, toutes les idées terribles et mouvantes qu'il se faisait d'Odette s'évanouissaient, rejoignaient le corps charmant que Swann avait devant lui." (La Pléiade, 1987, p. 293).

Proust reprend l'image du "jeu de billes alignées", mentionné au 16 janvier, dans Du côté de chez Swann "[...] je m'arrêtais voir sur la table, où la fille de cuisine venait de les cosser, les petits pois alignés et nombrés comme des billes vertes dans un jeu [...]" (La Pléiade, 1987, p. 119).

À ces ébauches, s'ajoutent des litanies d'annotations, où se mêlent références architecturales, culinaires, botaniques, médicales, littéraires ou historiques qui sont autant de couleurs qui viennent enrichir la "palette" de l'écrivain et illustrent son souci constant d'exactitude: "faut-il dire bougeoir au t[em]ps de St Simon", "une église qui a une coupole peut-elle avoir un clocher".

On retrouve également au fil de ces pages plusieurs des personnages de La Recherche: Vaugoubert, Saint-Loup, Bloch, Geneviève de Brabant, Golo que côtoient des noms de lieux notamment "Querqueville" (ancien nom de Balbec), "rue Lapérouse" (où habite Odette), etc.

Au feuillet du 8 janvier apparaissent les mots "adoration perpétuelle" dont on sait l'importance dans son oeuvre et sous le titre duquel il désignera longtemps ce qui deviendra Le Temps retrouvé.
Sur les feuillets des 30 et 31 mars, Proust esquisse les motifs qui lui sont chers, la ressouvenance et le temps: "Ne pas oublier phrase de violon (fugue) qui au son chaque fois me donne une réminiscence et la fin m'en rappelait une, indirecte: que de temps perdu depuis Combray. Je me les rappellerai toutes et m'en dirai le sens (et alors le complément de l'odeur du thé c'est que la vie est belle etc). Et la vie diaprée de passion les femmes différentes couleurs et avant qd je retrouve Bloch peu après m'être dit que ma grand-mère ne l'aimait pas [...] Dans ma gde péroraison (voir page prédécente) je mettrai [...] et la géométrie dans l'espace, les Swann et Juliot [premier nom de Jupien] [...] de ttes façons."

Citons enfin de curieuses notes datées des 11, 12, 13 & 14 août (sans précision de millésime) qui occupent les feuillets des 27, 28, 29 & 30 janvier. Elles évoquent avec force détails un itinéraire, sorte de filature dans Paris: "[...] hélant le taxi 1570 G7 [...] puis prend un fiacre la gare de l'est [...] desc[en]d ce b[oulevard] [...] / la F[emme] prend l'apéritif 20 [...] rentre seule à l'hôtel et réveil 1/4 d'heure après [...] acheter un timbre de 25 centimes et mettre une lettre à la poste [...] / costume tailleur bleu chapeau de paille noire prend taxi 587G7 Prend taxi 960-0-8 [...] 39 rue Lafayette et de là la Brasserie [...] place de la R demande des renseignements un garçon le fiacre 17. 2h20". Proust, rappelle André Maurois en citant une de ses lettres à André Nahmias, berçait en effet le désir de faire suivre quelqu'un (À la recherche de Marcel Proust. Paris: 1949, pp. 140-141).

ÉMOUVANTE RELIQUE ÉVOQUANT LA GENÈSE DE LA RECHERCHE.

Nous tenons à remercier très vivement M. Jean-Yves Tadié de l'aide précieuse qu'il nous a apportée pour l'étude de ce carnet.

Brought to you by

Audrey Bangou
Audrey Bangou

More from Importants Livres Anciens, Livres d'Artistes et Manuscrits

View All
View All