SIMON VOUET (PARIS 1590-1649)
Trois portraits au pastel inédits de Simon VouetAppartenant à un ensemble identifié dans l’inventaire après décès de Simon Vouet le 3 juillet 1649, ces trois portraits dessinés au pastel, d’une grande fraîcheur et jamais passés sur le marché de l’art apparaissent aujourd’hui comme une redécouverte importante. Réalisés au cours de sa carrière parisienne de Simon Vouet, lorsqu’il travaille au service de Louis XIII dans les années 1635 et après son retour de Rome en 1627, ces portraits dessinés sont précisément décrits par André Félibien dans ses Entretiens : ‘Bien qu’il s’occupast encore à d’autres grands ouvrages, il ne laissa pas d’employer un temps considérable a faire des portraits, parce que le Roi, prenant plaisir à le voir travailler, lui faisait faire ceux de plusieurs seigneurs de la Cour, et des officiers de sa Maison, lesquels il représentait au pastel’ (Paris, 1685, II, p. 83)Une grande partie d’entre eux étaient encore conservés en mains privées (soit environ une trentaine), lors de la parution du premier article sur le sujet par Barbara Brejon de Lavergnée, en 1982, qui en illustra sept (‘Some New pastels by Simon Vouet : portraits of the court of Louis XIII’, The Burlington Magazine, CXXIV, no. 956, novembre 1982, pp. 689-693). Néanmoins, quelques-uns se trouvent aujourd’hui dans des collections publiques. Citons Portrait d’homme et Portrait de jeune femme aux Offices de Florence (inv. 2463F, 1042E ; voir Vouet, cat. exp., Paris, Grand Palais, 1990-1991, nos. 83-84, ill.) ; trois au musée du Louvre, dont Homme tenant un livre, Portrait de fillette, probablement Angélique, la fille de Simon Vouet et Tête de femme au voile blanc (inv. R.F. 33319, inv. R.F. 30834, inv. R.F. 54526 ; voir B. Brejon de Lavergnée, Inventaire général des dessins français. École française. Dessins de Simon Vouet, Paris, 1987, no. 50, ill.) ; Portrait du Cardinal de Richelieu au J. Paul Getty Museum de Los Angeles (inv. 97.GB.68 ; voir N. Jeffares, Dictionary of Pastellists, Londres, version en ligne, consulté le 9 février 2020, no. J.777.105) ; et Portrait de Louis XIII entré au Metropolitan Museum of Art de New York en 2012 (inv. 2012.106).Chaque dessin, inséré dans un montage français de la fin du XVIIIe, porte parfois une inscription, qui s’est avérée plutôt fiable, avec le nom du modèle représenté, tel est le cas pour le cardinal Mazarin (lot 42)
SIMON VOUET (PARIS 1590-1649)

Portrait d'un homme âgé de soixante-quinze ans

Details
SIMON VOUET (PARIS 1590-1649)
Portrait d'un homme âgé de soixante-quinze ans
signé 'S. Vouet/ fecit', et inscrit et daté et 'AEtatis suae/ 75/ 1634' (en haut à droite)
pierre noire, sanguine, pastel sur papier beige, traits d'encadrement à la plume et encre noire
17,6 x 15,6 cm. (6 7/8 x 6 1/8 in.)
Provenance
Atelier de l'artiste.
Camille de Tournon, comte de Simiane, pair de France (1778-1833) ; puis par descendance aux propriétaires actuels.
Post lot text
SIMON VOUET, PORTRAIT OF A MAN AGED 75, BLACK, RED AND WHITE CHALK, PASTEL ON LIGHT BROWN PAPER, SIGNED, INSCRIBED AND DATED 1634
Part of an ensemble listed in the description of the artist’s estate dated 3 July 1649, the well-preserved pastel portraits by Simon Vouet offered as the three following lots were only recently discovered and appear here on the market for the first time.
Made during the Vouet’s years in Paris, after his return from Rome in 1627, when he had entered the service of King Louis XIII in 1635, these portraits are described in detail in André Félibien in his Entretiens: ‘Although he was also occupied with other great works, he spent considerable time making portraits, because the King took pleasure in seeing him make them, and he had him make several of members of the court and other royal officials, whom he depicted using pastel’ (Paris, 1685, II, p. 83)
Most of these portraits – about thirty – were still in private hands when the first article on the subject, by Barbara Brejon de Lavergnée, appeared in 1982, in which seven were illustrated (‘Some new pastels by Simon Vouet. Portraits of the court of Louis XIII’, The Burlington Magazine, CXXIV, no. 956, November 1982, pp. 689-693). Several are now in public collections. Among these are portraits of a man and of a young woman at the Uffizi, Florence (inv. 2463F, 1042E; see B. Brejon de Lavergnée in Vouet, exhib. cat., Paris, Grand Palais, 1990-1991, nos. 83-84, ill.); three at the Louvre: Man holding a book, Portrait of a young girl, probably the artist’s daughter Angélique, and a Head of a woman wearing a white veil (inv. R.F. 33319, R.F. 30834, R.F. 54526 ; see B. Brejon de Lavergnée, Inventaire général des dessins français. Ecole française. Dessins de Simon Vouet, Paris, 1987, no. 50, ill.); a portrait of cardinal Richelieu at the J. Paul Getty Museum, Los Angeles (inv. 97.GB.68; see N. Jeffares, Dictionary of Pastellists, London, online version, consulted 9 February 2020, no. J.777.105); and a portrait of Louis XIII acquired by the Metropolitan Museum of Art in 2012 (inv. 2012.106).
Each of these drawings was mounted in the 18th Century with some carrying a French inscription identifying the sitter which have mostly turned out to be trustworthy, as is the case with the portrait of cardinal Mazarin offered here (lot 41).

This man, aged 75 according to the autograph inscription, is the only one of the sheets presented here to be dated. The sitter’s identity, however, remains unknown. The drawings with inscriptions on their 18th Century French mounts indicate that the portraits mostly represent members of the court la court of Louis XIII – seigneurs, officials, artists, poets, or even a perfumer (Barbara Brejon de Lavergnée, ‘Some new pastels by Simon Vouet. Portraits of the court of Louis XIII’, The Burlington Magazine, CXXIV, no. 956, November 1982, pp. 689-693).
Made from life for the king’s pleasure, none of the portraits seem to have been engraved. The 18th Century mount of the present drawing, which survives, bears no further information on the sitter. There appears to be no logic as to which drawings inscribed or signed; among those which are signed are a portrait of a courtier and one of the jester Pépin, both in private collections (L.-A. Prat, Le Dessin français au XVIIe siècle, Paris, 2013, pp. 257-258, figs. 609-610), while Head of a young woman wearing a white veil in the Louvre (inv. R.F. 54526) is also signed, as is Portrait of the poet Louis de Neufgermain which recently reappeared on the art market (Artcurial, Paris, 21 March 2018 lot 3).
The present portrait, which is a new addition to this group of signed works, is one of the most compelling examples of Vouet’s talent in the genre: the lively and staring blue eyes, the prominent cheek, the signs of age left to the skin, the white hair and beard all are given their due by using various colours with subtlety and accuracy.
We are grateful to Barbara Brejon de Lavergnée, who will include the drawing in her forthcoming catalogue raisonné of the work of Simon Vouet, co-authored by Barbara and Arnauld Brejon de Lavergnée, Alain Mérot and Véronique Meyer.

Brought to you by

Hélène Rihal
Hélène Rihal

Check the condition report or get in touch for additional information about this

If you wish to view the condition report of this lot, please sign in to your account.

Sign in
View condition report

Lot Essay

Cet homme, âgé de 75 ans selon l’inscription apposée par Simon Vouet lui-même, est le seul des trois présentés ici à être daté. En revanche, son identité reste anonyme. Ceux identifiés grâce à l’inscription qui figure sur le montage XVIIIe nous indique qu’il s’agit de personnages qui peuplent la Cour du roi et gravitent autour de Louis XIII, tels que des seigneurs, des officiers, des artistes, poète ou encore un parfumeur (B. Brejon de Lavergnée, ‘Some New pastels by Simon Vouet : portraits of the court of Louis XIII’, The Burlington Magazine, CXXIV, no. 956, novembre 1982, pp. 689-693).
Réalisé d’après le modèle vivant pour le plaisir du roi, aucun de ces portraits ne semble avoir été gravé. Le montage du XVIIIe siècle, qui a été conservé dans le cas présent, ne comporte pas plus d’informations sur le nom du modèle. La présence ou non d’inscriptions sur le montage ou sur le dessin par l’artiste lui-même échappe à toute logique. Parmi les portraits signés aujourd’hui connus, celui d’un Gentilhomme de la cour et celui de Pépin le fou sont tous deux conservés en collections particulières (L.-A. Prat, Le Dessin français au XVIIe siècle, Paris, 2013, pp. 257-258, figs. 609-610), tandis que celui d’une Tête de jeune femme au voile blanc, dont l’identité du modèle reste anonyme, est également signée (musée du Louvre, inv. R.F. 54526), tout comme le Portrait du poète Louis de Neufgermain réapparu récemment sur le marché de l’art (Artcurial, Paris, 21 mars 2018, lot 3).
Le présent pastel, qui vient s’ajouter à ce corpus des œuvres signées, n’en reste pas moins, malgré l’anonymat de son modèle, l’un des exemples les plus représentatifs du style de Vouet : l’œil d’un bleu vif, le regard soutenu, les pommettes saillantes, les signes de l’âge sur la peau du visage, la chevelure et la barbe blanche sont autant de prétextes à l’utilisation d’une palette de couleurs variées, maniées avec beaucoup de subtilité et de précision.
Nous remercions madame Barbara Brejon de Lavergnée de nous avoir confirmé l’attribution de ce dessin, qui sera inclus dans le catalogue raisonné de l’œuvre de Simon Vouet, actuellement en préparation par Barbara et Arnauld Brejon de Lavergnée, Alain Mérot et Véronique Meyer.
;

Related Articles

View all
Three portraits by the artist  auction at Christies
A storied history: provenance  auction at Christies
18-year-old Diana Sinclair is  auction at Christies

More from Dessins Anciens et du XIXème siècle

View All
View All