JACQUES BERTAUX (ARCIS-SUR-AUBE VERS 1745-1818 ?)
JACQUES BERTAUX (ARCIS-SUR-AUBE VERS 1745-1818 ?)
JACQUES BERTAUX (ARCIS-SUR-AUBE VERS 1745-1818 ?)
2 More
This item will be transferred to an offsite wareho… Read more UNE CHASSE DU DUC D'ORLÉANS
JACQUES BERTAUX (ARCIS-SUR-AUBE VERS 1745-1818 ?)

La chasse du duc Louis-Philippe d'Orléans ou le Rapport

Details
JACQUES BERTAUX (ARCIS-SUR-AUBE VERS 1745-1818 ?)
La chasse du duc Louis-Philippe d'Orléans ou le Rapport
signé et daté 'Bertaux. 1773.' (en bas, vers le centre)
huile sur toile, dans son cadre d'origine
130,8 x 196 cm. (51 1/2 x 77 1/8 in.)
Provenance
Commandé par Louis-Philippe Ier d'Orléans (1725-1785), probablement pour le château de Saint-Cloud ; puis par descendance à son fils, Louis-Philippe II d'Orléans (1747-1793), 'Philippe Égalité' ; puis par descendance à son fils, Louis-Philippe III d'Orléans (1773-1850), roi des Français ; puis par descendance à son fils, Antoine-Marie-Philippe d'Orléans (1824-1890), duc de Montpensier, Infant d'Espagne ; puis par descendance dans une collection particulière, France, jusque 1981.
Vente anonyme, hôtel Drouot, Paris, (Mes Couturier & Nicolaÿ), 19 novembre 1981, lot 179.
Collection particulière, Suisse.
Stair Sainty Matthiesen, New York, 1986.
Vente anonyme, Christie's, Londres, 20 mai 2010, lot 81 ; d'où acquis par l'actuel propriétaire.
Literature
Burlington Magazine, juin 1985 (selon une note à la Documentation des peintures du Louvre).
Stair Sainty Matthiesen, An aspect of collecting taste, cat. exp., New York, 1986, p. 39, n°13, reproduit en couleurs p. 40, fig. 13.
Special notice
This item will be transferred to an offsite warehouse after the sale. Please refer to department for information about storage charges and collection details.
Further details
HUNTING WITH THE DUC LOUIS-PHILIPPE D'ORLÉANS OR THE SCENT, OIL ON CANVAS, SIGNED AND DATED, IN ITS ORIGINAL FRAME

In 1733, Jean-Baptiste Oudry was entrusted with the most ambitious project of his career: the production of the preparatory cartoons for the weaving of the Royal Hunts tapestries commissioned by King Louis XV. The nine painted cartoons on canvas that make up this set depict the various episodes of the royal hunt, during which Oudry was allowed to follow the king. Louis XV and the main actors of the royal hunting party – the grand veneur or the premier écuyer – are depicted in topographically exact locations in the royal forests of Saint-Germain, Fontainebleau or Compiègne. The castles of Fontainebleau and Compiègne now respectively hold the cartoons and tapestries from this commission (ill. 1).

Almost half a century later, the Duke Louis-Philippe of Orléans (ill. 2) followed up on this royal hunting set by commissioning Jacques Bertaux to produce four paintings representing the different stages of a hunting party: the Rapport, the Bien aller, the Hallali and the Curée. The ensemble was probably commissioned for the Château de Saint-Cloud, owned by the Orléans family since its purchase by Monsieur Philippe of Orléans in 1658. The château can be recognised in the background of the Curée, a painting which is now held in the Domaine départemental de Sceaux (inv. no. 90.25.1) (ill. 3).

Chronologically, the Bien aller, the Hallali and the Curée follow on from the Rapport, which opens the Duke of Orléans' hunting cycle: the atmosphere of the undergrowth, rendered in a range of greens and blues close to Oudry's palette, is that of the beginning of the day. Piqueux, veneurs, maîtres-chiens and squires, whose features are relatively stereotyped, are gathered around the protagonists of the scene, to whom the painter has given a certain attention to detail and accuracy of expression, enabling them to be partly identified.

Placed in the centre of the composition, the Duke of Orléans is wearing the outfit of the équipage du cerf. Guillaume-Marin du Rouïl de Boismassot, ‘gentilhomme de la vénerie du duc d’Orléans', Monsieur of Brossard, ‘écuyer commandant de l’écurie de Monsieur le duc’, and the Marquis of Barbançon, 'premier veneur de Monsieur le duc d'Orléans', of whom the Condé musem in Chantilly has drawings by Louis Carrogis de Carmontelle (inv. nos. Car44, Car51 and Car40), are probably standing around him. The influence of the work of Carmontelle, a painter, draughtsman and engraver who started working for the Duke of Orléans in 1763, is perceptible in the straight, observant but also intimate representation that Bertaux gives to the central figures, not unlike Les gentilshommes duc d'Orléans dans l'habit de Saint-Cloud (ill. 4), now in a French private collection.

It remains to identify the crew member seated at the bottom left of the composition, whose look is directed towards the viewer. Could he be Philippe II of Orléans, the future Philippe Égalité?

If you wish to view the condition report of this lot, please sign in to your account.

Sign in
View condition report

Lot Essay

En 1733, Jean-Baptiste Oudry se voit confier le projet le plus ambitieux de sa carrière : la création des cartons préparatoires au tissage des tapisseries des Chasses Royales commandées par le roi Louis XV. Les neufs cartons peints sur toile composant cet ensemble reprennent les différents épisodes de la chasse à courre royale pendant laquelle Oudry est d’ailleurs autorisé à suivre le roi. Louis XV et les principaux acteurs de la vènerie royale – le grand veneur ou le premier écuyer – sont représentés dans des lieux topographiquement exacts des forêts royales de Saint-Germain, Fontainebleau ou Compiègne. Ce sont d’ailleurs les châteaux de Fontainebleau et de Compiègne qui conservent aujourd’hui, respectivement, les cartons et les tapisseries, provenant de cette commande (ill. 1).

Près d’un demi-siècle plus tard, le duc Louis-Philippe d’Orléans (ill. 2) s’inscrit dans la continuité de cette commande royale en confiant à Jacques Bertaux la réalisation de quatre tableaux représentant les différentes étapes d’une chasse : le Rapport, le Bien aller, l’Hallali et la Curée. L’ensemble a probablement été commandé pour le château de Saint-Cloud, propriété des Orléans depuis son rachat par Monsieur, Philippe d’Orléans, en 1658. Le château est d’ailleurs reconnaissable à l’arrière-plan de la Curée, tableau conservé au Domaine départemental de Sceaux (no. inv. 90.25.1) (ill. 3).

Chronologiquement, le Bien aller, l’Hallali et la Curée prennent placent à la suite du Rapport qui ouvre le cycle cynégétique du duc d’Orléans : l’atmosphère du sous-bois, restituée dans une gamme de verts et de bleus proches de la palette d’Oudry, est celle d’un début de journée. Piqueux, veneurs, maîtres-chiens et écuyers, dont les traits sont relativement stéréotypés, se retrouvent autour des protagonistes de la scène auxquels le peintre a accordé un certain souci du rendu des détails et de la justesse d’expression, permettant de les identifier en partie.

Placé au centre de la composition, le duc d’Orléans porte la tenue de l’équipage du cerf. Autour de lui se tiennent probablement Guillaume-Marin du Rouïl de Boismassot, ‘gentilhomme de la vénerie du duc d’Orléans’, Monsieur de Brossard, ‘écuyer commandant de l’écurie de Monsieur le duc’ et le marquis de Barbançon, ‘premier veneur de Monsieur le duc d’Orléans’ dont le musée Condé de Chantilly conserve des dessins de Louis Carrogis de Carmontelle (nos. inv. Car44, Car51 et Car40). L’influence de l’œuvre de Carmontelle, peintre, dessinateur et graveur rentré au service du duc d’Orléans en 1763, est perceptible dans la représentation droite, juste et observatrice, mais également intime que Bertaux confère aux personnages centraux, non sans rappeler Les gentilshommes du duc d’Orléans dans l’habit de Saint-Cloud (ill. 4) conservé en dans une collection particulière française.

Reste à identifier le membre d’équipage assis en bas à gauche de la composition et dont le regard se porte vers le spectateur. Pourrait-on y reconnaître Philippe II d’Orléans, futur Philippe Égalité ?

More from The Exceptional Sale

View All
View All