FRANÇOIS-XAVIER LALANNE (1927-2008)
FRANÇOIS-XAVIER LALANNE (1927-2008)
FRANÇOIS-XAVIER LALANNE (1927-2008)
11 More
FRANÇOIS-XAVIER LALANNE (1927-2008)
14 More
FRANÇOIS-XAVIER LALANNE (1927-2008)

'RHINOCRÉTAIRE I', PIÈCE UNIQUE, 1964

Details
FRANÇOIS-XAVIER LALANNE (1927-2008)
'Rhinocrétaire I', pièce unique, 1964
Laiton patiné, bronze patiné, zinc, laiton, laiton argenté, cuir et cire naturelle ; système éclairant ; une clef / patinated brass, patinated bronze, zinc, brass, silvered brass, leather and natural wax ; electrical components ; one key
Ouvert : 145 x 300 x 100 cm / extended : 57 1/8 x 118 1/8 x 39 3/8 in
Fermé : 120 x 283 x 70 cm / folded : 47 ¼ x 111 3/8 x 27 ½ in
Provenance
Acquis auprès de la Galerie J. par la mère de Jeanine Restany en 1964, puis par descendance.
Literature
Pour notre exemplaire :
François Xavier et Claude Lalanne, Objets, catalogue d’exposition, Galerie J, Paris, 25 juin-8 octobre 1964, couverture, n. p.
J. Ashbery, 'Segui Shows Horrors In Double Paris Show', New York Herald Tribune-European Edition, 6 octobre 1964, n. p.
A. Ferrier, 'Le mois du Blanc', Le Nouvel Observateur, 21 janvier 1965, p. 32.
E. Roditi, 'Paris : The Occident Revisited', Arts magazine, mars 1965, vol. 39, n. 6, p. 71.
M. Ragon, 'L’art moderne exerce-t-il une influence sur le décor de nos vies?', Jardin des Arts, avril 1965, p. 19.
'Lalanne', Connaissance des Arts, n. 176, octobre 1966, p. 122.
V. Merlin, 'Pour vous, un zoo dans votre salon', Paris Match, n. 1206, 17 juin 1972, p. 58-59.
D. Abadie, Lalanne(s), Paris, 2008, p. 116, 232-233, 300-301.
Les Lalanne, catalogue d‘exposition, Musée des Arts Décoratifs, Paris,17 mars-4 juillet 2010, p. 54, 58-59.
Les Lalanne: Fifty years of work, 1964-2015, catalogue d’exposition, Paul Kasmin Gallery, New York, 26 mars-2 mai 2015, p. 20.
A. Dannatt, François-Xavier & Claude Lalanne, In the Domain of Dreams, New York, 2018, p. 94.
Claude & François-Xavier Lalanne: Nature Transformed, catalogue d’exposition, Clark Art Institute, Williamstown, Massachusetts, 8 mai-31 octobre 2021, p. 20.
Exhibited
François-Xavier et Claude Lalanne, Objets, Galerie J., Paris, 1964.
Les Lalanne, Musée des Arts Décoratifs, Paris, 17 mars-4 juillet 2010.

Brought to you by

Flavien Gaillard
Flavien Gaillard Head of Design, Europe

Lot Essay

On June 25th, 1964, a strange beast beckoned Parisian passers-by to an impromptu safari in the window of Jeanine de Goldschmidt’s Galerie J. at 8 Rue de Montfaucon, Saint-Germain-des-Prés. On that day, painter-turned-sculptor François-Xavier Lalanne unveiled Rhinocrétaire I, his first major sculpture and the only work he included in Zoophites, the artist’s debut joint exhibition with his wife Claude Lalanne. A hotbed of “new perceptual approaches to reality,” as Goldschmidt’s partner Pierre Restany, a leading art critic, described the overarching motivations of the artists who exhibited there, Galerie J. offered François-Xavier the ideal setting for his rhinoceros, a manifesto that from the start defined the quintessence of his poetic exuberance and preternatural inventions of the next forty-four years. Progenitor of all his work to come, Rhinocrétaire I stood at the crossroads of a multi-faceted art history that François-Xavier quoted without servility.

In considering the rhinoceros, François-Xavier followed a prestigious line of artists across the centuries from the cave painters to Albrecht Dürer and Salvador Dalí, all of whom evoked this mysterious creature. As the poet and art critic John Ashbery wrote in the New York Herald Tribune after he discovered Rhinocrétaire I at Galerie J., “Both Dali and Ionesco were fascinated by [the rhino’s] symbolic potential, and now a sculptor, François Lalanne, has created an almost life-size one in sheet metal, which dominates the group exhibition at Galerie J.” [J. Ashbery quoted in D. Abadie, Les Lalanne(s), Flammarion, Paris, 2008, p. 297].

Dürer’s famed woodcut The Rhinoceros, carved in 1515, was a major benchmark for the theme. The work’s apparent realism concealed a profound anatomical ignorance of the animal, which the artist embellished with his imagination. The Rhinoceros spread throughout Europe, creating a semi-fictional being that survived up until the German school textbooks of the 1930s. The visual power of Dürer’s invention was such that Umberto Eco noted in A Theory of Semiotics (1978) that the creature’s scales and overlapping plates become conventional graphic signs without which the animal could not be recognised. As if following the unspoken rules of the German master, François-Xavier adorned his animal in armour with prominent contours where the hammering of the gilded brass recalled the details that Dürer featured on the skin of his rhinoceros.

Yet the domesticity of François-Xavier’s version is unmistakable: its metal sides house an illuminated desk, a bar, and a safe. This reclaiming of secret compartments, a heritage of seventeenth- and eighteenth-century French decorative arts, reveals the duality of François-Xavier's work, which is both sculptural and functional, rooted in a tradition that it transcends. Rhinocrétaire I is the precursor of an astonishing bestiary of functional sculpture by François-Xavier which includes sheep-seats, ostrich-bars, and bird-beds, among other fantastical metamorphoses.

Each of these creature-objects, these “Lalannes,” command our intimate spaces: we slip logs into a baboon fireplace; we light pigeon lamps; rhino desks guard our secret missives. They all seem to evoke mythological gods, like those which presided over the late-night musings of the artist when early in his career he worked as a night watchman at the Louvre. Like those animal deities, Lalanne's rhinoceros smiles imperturbably, its position appearing irremediably fixed, hieratic, until the visitor approaches and activates its many subtle, transformative mechanisms.

François-Xavier revisited the subject on four, later occasions: Rhinocrétaire II (1966), now in the collection of the Musée des Arts Décoratifs (MAD), Paris. Also designed in brass, this work differs from Rhinocrétaire I in the simplicity of its interior fittings. Nearly a decade later, François-Xavier presented Rhinocrétaire III (1975) in Les Lalanne, a major exhibition at the CNAC (Centre national d'art et de culture, later renamed the Centre Pompidou). Conceived entirely in copper, this third variation displays the same functional principles. Finally in 1991 François-Xavier created his last unique Rhinocrétaire, which remained in the artist's family collection until it was sold in the estate sale at Sotheby’s Paris in 2019 for €5.4 million. Reflecting the evolution of the artist's work, this example, once again in copper, displays only a drop-down desk. In addition to these exceptional, unique works, François-Xavier created a small edition of twelve bronze rhinos in 2008 whose design was inspired by Rhinocrétaire II.

The first known major sculpture by the artist and, so to speak, his most prototypical, Rhinocrétaire I is perhaps François-Xavier Lalanne's most important creation as it set in motion nearly a half century of sculptural innovation. John Ashbery made no mistake when he noted in his review of Zoophites for the New York Herald Tribune: “The rhinoceros is becoming an avant-garde animal.” (J. Ashbery quoted in D. Abadie, Les Lalanne(s), Flammarion, Paris, 2008, p. 297).



Le 25 juin 1964, 8 rue de Montfaucon à Paris, dans la vitrine de la Galerie J., un étrange rhinocéros interpelle les passants invités par Jeanine de Goldschmidt à un impromptu safari urbain. Ce jour-là, et pour la première fois depuis qu’il a abandonné la peinture, François-Xavier Lalanne dévoile son œuvre sculptée. Au sein de l’exposition Zoophites, qu’il partage avec son épouse Claude Lalanne, il ne présente qu’une seule réalisation : son Rhinocrétaire. La Galerie J, foyer des Nouveaux Réalistes et d’une « nouvelle approche perceptive du réel » comme Pierre Restany, le conjoint de Jeanine de Goldschmidt, le théorise dans le manifeste du mouvement, est le lieu idéal pour que François-Xavier Lalanne présente Rhinocrétaire I, sa pièce-manifeste, capable de résumer et prédire la démesure poétique et l’inventivité qui seront l’essence de son travail pour les quarante-quatre années à venir. Comme toutes les autres après elle, l’artiste signe une œuvre à la croisée des univers ayant nourri sa pensée, profondément consciente d’une histoire de l’art qu’il cite sans aucune servilité.

En s’attaquant au rhinocéros, François-Xavier s’inscrit dans une prestigieuse lignée d’artistes : de l’art pariétal à Dali, en passant par Dürer, tous ont évoqué ce mystérieux mastodonte, ce que ne manque pas de remarquer le poète John Ashbery lorsqu’il découvre la sculpture à la Galerie J. «
Tout aussi bien Dali que Ionesco ont été fascinés par ses potentialités symboliques, alors que maintenant un sculpteur, François Lalanne, en a réalisé un en feuilles de métal, presque grandeur nature, qui domine l’exposition collective de la Galerie J. ». (J. Ashbery cité dans D. Abadie, Les Lalanne(s), Flammarion, Paris, 2008, p. 297).

Référence absolue du thème, le
Rhinocéros gravé par Dürer en 1515 va irriguer tout l’art occidental, son apparent réalisme cachant une profonde méconnaissance anatomique de l’animal que l’artiste comble de son imaginaire. La diffusion de l’œuvre dans l’Europe entière, crée un être semi-fictif qui survit jusque dans les manuels scolaires allemands des années 1930. Sa puissance visuelle est telle qu’Umberto Eco note dans A Theory of Semiotics (1978) que les écailles et plaques imbriquées de Dürer deviennent des signes graphiques conventionnels sans lesquels on ne reconnait pas l’animal. Comme pour suivre les règles tacites du maître allemand, François-Xavier Lalanne pare son animal d’une armure aux contours saillants où le martellement du laiton doré rappelle les détails que Dürer fait courir sur la peau de son rhinocéros.

La domesticité de cet animal ne fait pourtant aucun doute : ses pans de métal abritent un secrétaire éclairé, une cave ainsi qu’un coffre-fort. La réappropriation du meuble à secret, héritage des arts décoratifs français, révèle toute la dualité des œuvres de François-Xavier Lalanne, tout à la fois sculpture et objet fonctionnel, ancrées dans une tradition qu’elles transcendent.
Rhinocrétaire I constitue le point de départ d’un bestiaire étonnant, fait d’assise-mouton, de bar-autruche, de lit-oiseau, et autres métamorphoses fantasques.

Chacune de ces créatures-objets, ces « lalannes », finissent par investir nos espaces intimes : on glisse des bûches dans une cheminée babouin, on allume une lampe pigeon et on laisse un rhinocéros surveiller nos secrets. Ils semblent évoquer des dieux anciens, comme ceux qui peuplaient les rondes de l’artiste, un temps gardien de nuit au musée du Louvre. À l’image de ces déités animalières, son rhinocéros oppose un imperturbable sourire. Sa position parait irrémédiablement figée, hiératique, jusqu’à ce que le visiteur s’approche et active des mécanismes subtils révélant des trésors insoupçonnés qui chaque fois meuvent ou transforment sa bête d’airain.


François-Xavier Lalanne revisite son
Rhinocrétaire à quatre reprises, créant à chaque fois une pièce unique :
En 1966 vient
Rhinocrétaire II, aujourd’hui conservé au Musée des Arts Décoratifs (MAD) de Paris. Également conçu en laiton, il se distingue du Rhinocrétaire I par le dénuement de ses agencements intérieurs. Près d’une décennie plus tard, en 1975, François-Xavier Lalanne présente Rhinocrétaire III, qu’il dévoile lors de l’exposition Les Lalanne au CNAC (Centre national d’art et de culture, qui deviendra par la suite Centre Pompidou). Cette nouvelle variation, cette fois-ci entièrement en cuivre, reprend les principes fonctionnels de la précédente. Enfin, en 1991, François-Xavier Lalanne crée un dernier Rhinocrétaire, resté dans les collections de la famille de l’artiste jusqu’à sa vente à Paris pour un montant de 5,4 millions d’euros. Simplifié à l’extrême, à l’image de l’évolution du travail de l’artiste, cet exemplaire, à nouveau en cuivre, ne présente plus qu’un seul abattant central. A ces pièces d’exception s’ajoutera une petite série de 12 exemplaires réalisée en bronze en 2008, dont le dessin s’inspire du Rhinocrétaire II.

Première sculpture connue de l’artiste et pièce pour ainsi dire prototypale de son travail, Rhinocrétaire I est probablement l’œuvre la plus importante de François-Xavier Lalanne. John Ashbery ne s’y trompe pas lorsqu’il note à son sujet dans sa critique du Herald Tribune « Le rhinocéros est en train de devenir un animal d’avant-garde. » (J. Ashbery cité dans D. Abadie, Les Lalanne(s), Flammarion, Paris, 2008, p. 297).

More from François-Xavier Lalanne - Rhinocrétaire I

View All
View All