Figure de reliquaire Kota-Ndassa
Kota-Ndassa reliquary figure
Figure de reliquaire Kota-Ndassa Kota-Ndassa reliquary figure

GABON

Details
Figure de reliquaire Kota-Ndassa
Kota-Ndassa reliquary figure
Gabon
Bois, cuivre, laiton et fer
Hauteur: 69 cm. (27 1/4 in.)
Provenance
Collection Pierre et Claude Vérité, Paris

Brought to you by

Chloé Beauvais
Chloé Beauvais

Lot Essay

Parmi les formes les plus impressionnantes de la statuaire des reliquaires dits “kota” (au sens strict, il s’agit ici en fait d’un objet Ndassa et non Kota), une place toute particulière est à réserver à ces effigies masculines. Les Ndassa, parmi tous les groupes dits Kota, sont sans doute ceux qui ont le plus explore les limites de la virtuosité : le mariage de différents métaux dans des assemblages complexes, des décorations en général très sophistiquées et exécutées avec une grande rigueur, une sculpture plutôt nerveuse,... Ces objets en particulier (lot 93 et 94) représentent certainement un des archétypes de cette approche spécifiquement Ndassa à l’art des reliquaires.

Les figures de reliquaires étaient placées sur un réceptacle (assez souvent une sorte de panier) contenant le bien le plus précieux du village : un ensemble d’ossements des membres défunts de la communauté. Elle ne représente toutefois pas le portrait d’un des individus présents dans le panier, comme on pourrait le penser, ni même d’un ancêtre en général : elle représente plus vraisemblablement l’image d’un esprit. L’installation d’une communauté villageoise ne peut se faire sans le consentement d’un esprit occupant les lieux, et donc d’une sorte de pacte entre le monde des esprits et le notre. Or pour qu’un esprit protège un village il doit avant tout protéger ce qui en fait son essence même : son histoire, la somme de ses reliques.

La figure de reliquaire représente cet esprit : sa tête et ses bras, qui plongent dans le panier des reliques comme si l’esprit tenait dans ses bras les ossements dans un geste de protection.

Bien entendu, à cet aspect religieux que nous venons d'évoquer s’ajoute un aspect éminemment politique : l’acceptation de l’esprit peut aussi être comprise comme l’expression d’une légitimité. Ce message temporel qui tend à affirmer la puissance de la communauté conduit à une statuaire impressionnante et précieuse, à l’instar des statues reliquaires de nos églises qui au-delà de la marque de respect affichée pour un saint homme affirmaient par leur luxe la puissance de tel ou tel évêché.

On voit donc ici toute la réussite sculpturale que représente cet objet, à la fois riche et d’allure sévère. Une parfaite adéquation au message. Compare au lot 93, d’un style très proche, nous sommes ici devant l'œuvre d’un sculpteur distinct, que je soupçonne être plus ancien. Cet objet évoque fortement un objet de la collection Viviane de Witt passe en vente récemment (Sotheby’s Paris 14 décembre 2016, lot 17) et qui me semble assez vraisemblablement issu de la même main : de façon émouvante on retrouve à la base du croissant le même pli de métal ! On compte une petite dizaine de ces sculptures masculines issues (sans doute) du même atelier dont l’importance n’a pas échappe aux collectionneurs occidentaux puisque ces objets se retrouvent quasiment tous dans des collections très importantes.

Frédéric Cloth, septembre 2017

More from Collection Vérité : Arts d'Afrique, d'Océanie et d'Amérique du Nord

View All
View All