Lot Content

Global notice COVID-19 Important notice
GAUGUIN, Paul. Lettre autographe signe adresse  Emile Schuffenecker, Copenhague. 14 Janvier 1885, voquant en dtails sa conception de la peinture ainsi que la priode de misre qu'il traversse. 3 pages et demi, in-folio (275 x 214mm), sur papier bleu quadrill  en-tte "Fabrique spciale de toiles impermables & impourrissables. Dillies & Cie. Roubaix. P.Gauguin, reprsentant". (Petits trous et dchirures aux pliures sans manque de texte, couleur lgrement passe.)
GAUGUIN, Paul. Lettre autographe signe adresse Emile Schuffenecker, Copenhague. 14 Janvier 1885, voquant en dtails sa conception de la peinture ainsi que la priode de misre qu'il traversse. 3 pages et demi, in-folio (275 x 214mm), sur papier bleu quadrill en-tte "Fabrique spciale de toiles impermables & impourrissables. Dillies & Cie. Roubaix. P.Gauguin, reprsentant". (Petits trous et dchirures aux pliures sans manque de texte, couleur lgrement passe.)

Details
GAUGUIN, Paul. Lettre autographe signe adresse Emile Schuffenecker, Copenhague. 14 Janvier 1885, voquant en dtails sa conception de la peinture ainsi que la priode de misre qu'il traversse. 3 pages et demi, in-folio (275 x 214mm), sur papier bleu quadrill en-tte "Fabrique spciale de toiles impermables & impourrissables. Dillies & Cie. Roubaix. P.Gauguin, reprsentant". (Petits trous et dchirures aux pliures sans manque de texte, couleur lgrement passe.)

IMPORTANTE MISSIVE ADRESSE SON FIDLE AMI, EXEMPLE DES NOMBREUSES DISCUSSIONS ARTISTIQUES DESTINES RVOLUTIONNER LA PEINTURE, QUE LES DEUX HOMMES AVAIENT L'HABITUDE D'CHANGER.
Pour satisfaire le souhait de son pouse danoise Mette-Sophie Gad, Gauguin accepte d'aller vivre au Danemark fin 1884 et l'ancien employ de la banque Bertin, dont les tableaux se vendent mal, devient alors vendeur de toiles de bche pour tenter de subvenir aux besoins de son foyer. Existence laborieuse et mdiocre dont il tmoigne "je suis ici plus que jamais tourment d'art et mes tourments d'argent aussi bien que mes recherches d'affaires ne peuvent m'en dtourner... en attendant je suis sans le sou emmerd jusqu'au cou c'est pourquoi je me console en rvant".

Il rve en effet et dveloppe QUELQUES GRANDES THORIES PHILOSOPHIQUES QU'IL DSIGNE COMME "UN TAS D'IDIOTISMES" SUR LA CRATION DE L'ARTISTE. IL LES EXPOSE EN DTAILS EMILE SCHUFFENECKER. Ce dernier rencontra Gauguin la banque Bertin qu'il quitta galement pour se consacrer la peinture. "Depuis longtemps les philosophes raisonnent les phnomnes qui nous paraissent surnaturels et dont on a cependant la sensation. Tout est l dans ce mot. Les Raphal et d'autres taient des gens chez qui la sensation tait formule bien avant la pense ce qui leur a permis tout en tudiant de ne jamais dtruire cette sensation et rester artiste"... Sur les sentiments humains par rapport l'intelligence, il explique "Tous nos 5 cinq sens arrivent directement au cerveau impressionns par une infinit de choses et qu'aucune ducation ne peut dtruire. J'en conclus qu'il y a des lignes nobles, menteuses etc... la ligne droite donne l'infini la courbe limite la cration sans compter la fatalit des nombres... pourquoi pour un amateur les lignes et les couleurs ne nous donneraient-ils pas aussi le caractre plus ou moins grandiose de l'artiste. Voyez Czanne l'incompris,...la littrature de ses tableaux a un sens parabolique deux fins; ses fonds sont aussi imaginatifs que rels... ". S'adressant directement Schuffenecker, l'un des fondateurs du Salon des Indpendants en 1880, il poursuit "Si j'ai tort pourquoi toute votre acadmie qui sait tous les moyens employs par les anciens matres ne fait-elle pas des tableaux de matres. Parcequ'on ne se compose pas une nature une intelligence et un coeur; parceque Raphael jeune en avait l'intuition et dans ses tableaux il y a des accords de ligne dont on ne se rend pas compte car c'est la partie la plus intime de l'me qui se retrouve toute voile". Il conclut brillamment "Travaillez librement et follement vous ferez des progrs et tt ou tard on saura reconnatre votre valeur si vous en avez. Surtout ne transpirez pas sur un tableau, un grand sentiment peut tre traduit immdiatement rvez dessus et cherchez en la formule la plus simple".

Trs belle lettre publie dans son intgralit, malgr quelques erreurs, dans Maurice Malingue. Lettres de Gauguin. Grasset, 1946.
;

More from Collection Albert Skira

View All
View All