JEAN-FRANÇOIS MILLET (GRUCHY 1814-1875 BARBIZON)
JEAN-FRANÇOIS MILLET (GRUCHY 1814-1875 BARBIZON)

Étude de deux baigneuses

Details
JEAN-FRANÇOIS MILLET (GRUCHY 1814-1875 BARBIZON)
Étude de deux baigneuses
pierre noire sur papier brun
21,5 x 31 cm (8 1⁄2 x 12 1⁄4 in.)
Provenance
Tampon d'atelier de l'artiste (L. 1460).
Vente Hôtel Drouot, Paris, 27 mars 2003, lot 122.
Post lot text
JEAN-FRANÇOIS MILLET, STUDY OF TWO BATHERS, BLACK CHALK ON LIGHT BROWN PAPER
Typical of Millet’s early work, these bathers are part of the iconographic register of nudes dear to the artist in the years 1845-1849, and characteristic of his manière fleurie reminiscent of an academic education (L. Lepoittevin, Jean-François Millet. Images et symboles, Cherbourg, 1990, p. 27). The scenes are described by Robert L. Herbet in the catalogue of the 1975 exhibition at the Grand Palais as “a large number of nudes to which he adds only a few vague notations of trees or ponds, but without any precise literary reference, and detached from any anecdote”, as in the present drawing (Millet, exh. cat., Paris, Grand Palais, 1975-1976, p. 46). Also typical of these pierre noire nude studies, are the sketchy extremities of the bodies (feet and hands), which appear almost unfinished, as in two studies of nude couples dated 1846-1848, entitled Confidences, in the National Gallery of Canada in Ottawa and in the Musée du Louvre (op. cit., 1975-1976, nos. 24-25). Alexandra Murphy relates the present drawing to another Nymph standing among the reeds, also in pierre noire, in the Szépmüvészeti Museum in Budapest (inv. 1935-2743).
A copy of Alexandra Murphy's certificate dated 18 June 2003 will be given to the buyer. She dates the drawing to 1847-1848.

Brought to you by

Pierre Etienne
Pierre Etienne International Director, Deputy Chairman, Old Master Paintings

Lot Essay

Œuvre typique des années de jeunesse de Millet, ces baigneuses s’inscrivent dans le registre iconographique du nu cher à l’artiste dans les années 1845-1849 et caractéristique de sa manière fleurie, réminiscence d’une éducation académique (L. Lepoittevin, Jean-François Millet. Images et symboles, Cherbourg, 1990, p. 27). Les scènes y sont décrites par Robert L. Herbet dans le catalogue de l’exposition de 1975 au Grand Palais comme un grand nombre de nus auxquels il ajoute seulement quelques vagues notations darbres ou d’étangs, mais sans référence littéraire précise, et détachés de toute anecdote à l’image du présent dessin (Millet, cat. exp., Paris, Grand Palais, 1975-1976, p. 46). Typique également dans ces études de nus à la pierre noire, les extrémités des corps (pieds et mains) sont très esquissées, presque non finies comme deux études de couples nus datés 1846-1848 intitulés Confidences, conservées à la Galerie Nationale du Canada à Ottawa et au musée du Louvre (op. cit., 1975-1976, nos. 24-25). Alexandra Murphy rapproche le présent dessin d’une autre Nymphe debout entre les roseaux également à la pierre noire conservée au musée Szépmüvészeti de Budapest (inv. 1935-2743).
Une copie du certificat d’Alexandra Murphy daté du 18 juin 2003 sera remis à l’acquéreur. Elle date ce dessin des années 1847-1848.

More from Maîtres Anciens - Dessins, Peintures, Sculptures

View All
View All