Home page

Global notice COVID-19 Important notice
Masque Songyé, kifwébé
Songyé mask, kifwebe
ƒ: In addition to the regular Buyer’s premium, a c… Read more
Masque Songyé, kifwébé Songyé mask, kifwebe

RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO

Details
Masque Songyé, kifwébé
Songyé mask, kifwebe
République Démocratique du Congo
Hauteur: 33.5 cm. (13¼ in.)
Provenance
Succession de Joseph O'Leary (1911-1993)
Collection privée américaine
Special notice

ƒ: In addition to the regular Buyer’s premium, a commission of 5.5% inclusive of VAT of the hammer price will be charged to the buyer. It will be refunded to the Buyer upon proof of export of the lot outside the European Union within the legal time limit. (Please refer to section VAT refunds)

Brought to you by

Chloé Beauvais
Chloé Beauvais

Check the condition report or get in touch for additional information about this

Condition report

If you wish to view the condition report of this lot, please sign in to your account.

Sign in
View condition report

Lot Essay

Joseph O'Leary, un collectionneur passionné d'art des indiens des plaines, a passé beaucoup de temps dans l'Ouest américain à assembler sa collection.
Il a également acquis des oeuvres auprès de W.R. Black et W.A. Kelker qui avaient tous deux amassés des oeuvres à la fin du XIXème siècle. Voir Christie's, New York, mai 1994, lot 43 pour un sac à pipe Cheyenne perlé orné de piquants de porc-épic provenant de la collection O'Leary. Ce dernier a travaillé au Peabody Museum de l'université d'Harvard avant de se retirer dans le Tennessee.

Ce masque récemment redécouvert est un des trois masques connus réalisés par un maître sculpteur. Les deux autres exemplaires bien connus sont conservés pour l'un au Penn Museum de l'université de Pennsylvanie (AF5115, hauteur : 37,5 cm., acquis auprès de Charles Vignier, Paris en 1921 - voir Wardwell, African Art from the University Museum, Philadelphie, 1986, p.122, n.58), pour l'autre au Musée du Quai Branly (71.1947.91.53, hauteur : 36,2 cm., don de Margaret Webster Plass en 1947 - voir Ndiaye, Secrets d'initiés, Masques d'Afrique Noire dans les collections du Musée de l'Homme, 1994, p.132, n.100).

Ces masques sont caractérisés par un front large et hémisphérique, légèrement incliné sur les côtés se rétrécissant de façon subtile en un menton aplati. La principale caractéristique de ce sculpteur est la haute qualité graphique de son oeuvre avec des stries nettes qui suivent le plan du masque et la surface blanche rythmée par des aplats noirs au niveau des yeux mi-clos, de la crête médiane et des lèvres.
Le terme kifwébé signifie simplement "masque" pour les Songyé, il fut signalé pour la première fois en 1905-1906 par Frobenius comme "kifebbe". Le terme a longtemps été utilisé par les collectionneurs, les marchands et les universitaires pour se référer exclusivement à ce type de masque. Le culte qui utilise le masque kifwebe a débuté au tournant du XXème siècle, quand sa fonction fut liée au pouvoir social (Hersak, D., in Herreman, F. et Petrides, C. [ed.], Face of the Spirits. Masks from the Zaire Basin, Gand, 1993, p.148). Mestach, (Etudes Songye: Formes et Symbolique Essai d'Analyse, Munich, 1985) divise le style "classique" des masques kifwebe en trois catégories, le masculin (kilume) généralement avec une haute crête, le féminin (kikashi) avec une crête très basse le cas échéant, et le plus grand et le plus puissant (kia ndoshi). Notre masque est de la deuxième catégorie, le kikashi, indiqué par le manque de crête, la surface finement striée et arrondie par opposition aux yeux saillants et la ligne au centre du front - caractéristiques qui semblent être universelles aux masques kifwébé féminins.

More from Art d'Afrique, d'Océanie et d'Amérique du Nord

View All
View All