STATUE DE XIPE TOTEC VERACRUZ
STATUE DE XIPE TOTEC VERACRUZ
1 More
STATUE DE XIPE TOTEC VERACRUZ

POSTCLASSIQUE RÉCENT, ENV. 900-1200 AP. J.-C.

Details
STATUE DE XIPE TOTEC VERACRUZ
POSTCLASSIQUE RÉCENT, ENV. 900-1200 AP. J.-C.
Haut. 82 cm (32 ¼ in.)
Provenance
Collection Yvon Collet, Paris, depuis 1969
Galerie Mermoz, Paris, acquis en 1994
Collection privée, France, acquis en 2001
Binoche et Giquello, Paris, 21 mars 2012, lot 141
Collection Michel Périnet (1930-2020), Paris
Literature
Micali, S., Galerie Mermoz. Art Précolombien, Paris, 1994, p. 47
Burnand, G. et Stierlin, H., Mexique, Terre des Dieux : trésors de l'art précolombien, Genève, 1998, p. 169, n° 186
Exhibited
Paris, Carrousel du Louvre, Galerie Mermoz, XVIIe Biennale Internationale des Antiquaires, 10 - 24 novembre 1994
Genève, Musée Rath, Mexique, Terre des Dieux : trésors de l'art précolombien, 8 octobre 1998 - 24 janvier 1999
Post lot text
VERACRUZ FIGURE OF XIPE, EARLY POSTCLASSIC, CA. A.D. 900-1200

Brought to you by

Alexis Maggiar
Alexis Maggiar International Head, Arts of Africa, Oceania & the Americas

Lot Essay

Personnage en terre cuite avec des traces de pigment rouge représentant un prêtre debout dans une posture de transe, la tête penchée en arrière. Il est vêtu d’une peau dite d’écorché, ajustée au corps, de la tête aux genoux, avec un laçage dans le dos. Les mains sont recourbées vers l’intérieur et les pouces saillants vers l’extérieur tenaient autrefois un hochet, attribut de la divinité Xipe Totec. Le visage montre une bouche grande ouverte et des yeux mi-clos et les oreilles sont percées ; le personnage est paré de bandages sur les jambes et porte des sandales nouées qui étaient un signe distinctif des pipiltin, la classe des élites sociales aztèques qui regroupait les prêtres et les nobles.

Xipe Totec, le dieu aztèque du printemps et de la régénérescence est présent dans de nombreux cultes mésoaméricains et le plus souvent associé à la culture du maïs. Cette divinité de la fertilité transpose dans la réalité le concept de mort et de renaissance au travers du port d’une peau d’écorché provenant d’une victime sacrificielle. Au cours des festivités printanières de Tlacaxipehualiztli (littéralement les Hommes Ecorchés), Xipe Totec était représenté par un prêtre qui portait cette peau spécifique et mettait en scène le rituel du cycle de la mort et de la renaissance terrestre.

Pour des représentations en céramique de Xipe Totec, voir Moctezuma, E.M. et Olguin, F.S., Aztecs, Londres, 2002, p. 422, n° 93-96.

The priest figure standing in a trance-like pose with head thrown back and clothed in flayed and tufted sacrificial skin, extending from the head to the knees, laced at the back, distinguished by cupped hands, once holding a rattle staff, an insignia of the deity, with elongated, projecting thumbs, the face with mouth wide open, slit eyes and pierced ears, adorned with leg bands, tasseled sandals denoting the Aztec pipiltin, the elite caste of priests and noblemen; with remains of red pigment.

Xipe Totec, the Aztec god of spring and regeneration, appears in many Mesoamerican cults most often associated with corn-planting. A fertility deity, Xipe Totec, vividly conveys the concept of death and rebirth by wearing the flayed skin of a sacrificial victim. During the spring festival of Tlacaxipehualiztli (the Flaying Men), Xipe Totec was celebrated by a priest who dressed in the skin of a flayed victim and ritually enacted the death-and-renewal cycle of the earth.

For ceramic figures of Xipe Totec, see Moctezuma, E.M. and Olguin, F.S., Aztecs, London, 2002, p. 422, no. 93-96.
;

More from Collection Michel Périnet

View All
View All