STATUE FÉTICHE COMMUNAUTAIRE SONGYE, RÉGION EKI
A SONGYE COMMUNITY POWER FIGURE, EKI REGION
This item will be transferred to an offsite wareho… Read more
STATUE FÉTICHE COMMUNAUTAIRE SONGYE, RÉGION EKI A SONGYE COMMUNITY POWER FIGURE, EKI REGION

RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO

Details
STATUE FÉTICHE COMMUNAUTAIRE SONGYE, RÉGION EKI
A SONGYE COMMUNITY POWER FIGURE, EKI REGION
RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO
Hauteur : 100 cm. (39¼ in.)
Provenance
Karel Plasmans, Belgique, avant 1960
Jean Willy Mestach, Bruxelles, 1968 - 1969
Baudouin de Grunne, Wezembeek-Oppem, Belgique, 2000 (ref. 45)
Sotheby's, New York, 19 mai 2000, lot 72
Collection Roger Vanthournout, Belgique, jusqu'en 2006
Sotheby’s, Paris, 23 juin 2006, lot 110
Collection Liliane et Michel Durand-Dessert, Paris
Literature
Bayer, A. et al., Oude Kunst uit Afrika en Oceanie, Sint-Niklaas, Belgique, 1979, n° 18
Hersak, D., Songye Masks and Figure Sculpture, Londres, 1986, p. 165, n° 132
Paudrat, J.L. et al., Fragments du Vivant : sculptures africaines dans la collection Durand-Dessert, Paris, 2008, n° 133 bis et 135
Hersak, D., "Reviewing Power, Process, and Statement. The Case of Songye Figures", African Arts, vol. XLIII, n° 2, 2010, p. 47, fig. 11
Exhibited
Sint-Niklaas, Belgique, Stedelijke musea - Internationaal Exlibriscentrum, Oude kunst uit Afrika en Oceanie, 5 - 20 mai 1979
Paris, La Monnaie de Paris, Fragments du Vivant : sculptures africaines dans la collection Durand-Dessert, 10 - 24 septembre 2008
Special notice

This item will be transferred to an offsite warehouse after the sale. Please refer to department for information about storage charges and collection details.

Brought to you by

Susan Kloman
Susan Kloman

Check the condition report or get in touch for additional information about this

If you wish to view the condition report of this lot, please sign in to your account.

Sign in
View condition report

Lot Essay

"Pour notre collection, nous n'avons pas choisi les fétiches les plus agressifs. Il est clair que les seuls Songye que nous puissions aimer sont ceux qui ont la forme d'intériorité et le caractère méditatif de celui que nous avons acquis, toutes proportions gardées bien entendu, car d'autres nous touchent aussi incontestablement... Le nôtre est une très belle sculpture, dont la force est tout entière concentrée à l'intérieur du corps ; nous aimons particulièrement les jambes, courtes et arc-boutées, un peu dans l'esprit de certains objets de Hawaï ; d'autres cultures identifient aussi cette posture à l'intériorisation et à la concentration de la force tellurique. La tête, disproportionnée, est une parfaite réussite; la bouche s'ouvre dans le prolongement d'un nez conique qui poursuit l'arête centrale du front et trouve sa racine dans la double arcade sourcilière ; les clous rehaussent cette structure ; les yeux mi-clos sont légèrement dissymétriques ; le crâne constitue une masse volumineuse évasée vers le haut et glorifiée par une couronne de fers, une corne sommitale, et une somptueuse crinière de plumes."

Liliane et Michel Durand-Dessert

Cette sculpture a une gravité particulière en raison de ses proportions spécifiques. Elle se démarque par une posture imposante, digne et puissante. L’importance de la tête est particulièrement soulignée ici ; des bandes de cuivre et des clous métalliques sont fichés sur le visage de la statue. La tête piriforme est surmontée d’une corne d’antilope (chargée de composantes magiques), la face étirée marquée par des yeux en amande inscrits dans des orbites concaves ; un nez épaté triangulaire et une bouche aux commissures relevées, entrouverte sur des dents apparentes. L’arrière de la tête est recouvert d'une coiffe de plumes. Des lamelles métalliques forment un diadème frontal. Elle porte un collier à quatre rangs de perles de verre bleu. La principale caractéristique du haut du corps est l'articulation du ventre. Le geste des mains sur le ventre gonflé symbolise le pouvoir de protection sur le lignage. La position des bras ajoute du volume et leur posture angulaire souligne la forme du corps épais. La zone ombilicale a conservé sa charge magique.

Karel Plasmans mena des recherches approfondies sur la tradition orale des Songye. Très intéressé par leur sculpture, il collecta sur le terrain, entre 1955 et 1972, un ensemble de statues, dont celle-ci, et de masques. Le grand collectionneur belge, Jean Willy Mestach, utilisa son étude sur le terrain pour son livre Etudes Songye : Formes et Symbolique, essai d’analyse, et acheta la présente statue de Plasmans en 1968. Par la suite elle fut acquise par Baudoin de Grunne et plus tard par Roger Vanthournout en 2000 avant d’entrer dans la collection Durand-Dessert en 2006. Vanthournout était initié à l’art africain par son ami Emiel Veranneman, designer. Le sens esthétique très aiguisé développé par Vanthournout à travers ses acquisitions de peintures surréalistes belges l'a conduit très vite vers la quête d’œuvres de très grande qualité. Tout en demeurant plus restreinte que son exceptionnelle collection d’art contemporain – de renommmée internationale – sa collection d’art africain a été construite avec la même exigence.

En 1986, Dunja Hersak a attribué la statue Durand-Dessert aux Eki, occupant la partie occidentale du pays Songye. Selon elle, ce style se distingue notamment par les nombreux éléments métalliques (plaques et clous en cuivre) ornant le visage et par la coiffe, composée de languettes métalliques et de plumes. François Neyt (Songye, Munich, 2004, pp. 306-313) précise que la tradition sculpturale des Songye Eki partage avec celle des autres ateliers occidentaux un même substrat, constituant vraisemblablement l’archétype de la grande statuaire Songye. Les statues Songye de grandes dimensions, à l'image de celle-ci, étaient destinées à servir l'ensemble d'une communauté et étaient liées à la procréation, à la protection contre les maladies, la sorcellerie, et la guerre. D'après Hersak, elles se distinguent des autres objets magiques Songye car ce sont des instruments permettant d'interagir avec les esprits des ancêtres. Les communautés pouvaient ainsi invoquer les esprits de leurs aïeux à l'aide de ces effigies. Voir Neyt (op. cit.), pp. 92-93, fig. 54-55 pour deux statues Songye-Eki de style comparable.

More from Futur antérieur : la Collection d'Art africain de Liliane et Michel Durand-Dessert

View All
View All