AUTEL
AZTÈQUE
This item will be transferred to an offsite wareho… Read more THE JAMES AND MARILYNN ALSDORF COLLECTION
AUTEL AZTÈQUE

POSTCLASSIQUE, ENV. 1450-1521 AP. J.-C.

Details
AUTEL
AZTÈQUE
POSTCLASSIQUE, ENV. 1450-1521 AP. J.-C.


Hauteur : 40 cm. (15 ¾ in.)
Provenance
Marianne et Robert Huber, Dixon, Illinois
Collection James et Marilynn Alsdorf, Chicago, acquis auprès de ces derniers le 16 mars 1965
Special notice
This item will be transferred to an offsite warehouse after the sale. Please refer to department for information about storage charges and collection details. In addition to the regular Buyer’s premium, a commission of 5.5% inclusive of VAT of the hammer price will be charged to the buyer. It will be refunded to the Buyer upon proof of export of the lot outside the European Union within the legal time limit. (Please refer to section VAT refunds)
Further details
AZTEC STONE ALTAR

Among the many remaining works of Aztec sculpture, receptacles hold a special place because of their shape and their probable function. Three kinds of these may be considered: the tepetlacalli, the cuauhxicalli and the “altars”. The tepetlacalli(?) are actual coffers, closed with a lid and holding human remains or sacrificial offerings. The cuauhxicalli, often zoomorphic (felines or eagles), have a sort of basin intended- according to sources- to hold the sacrificed victim’s heart. The third category, to which scholarly literature gives the name of “altar”, shows great formal unity: often impressive blocks whose upper part is fitted with a flat and shallow cavity.

The function of the Altars was almost certainly closely linked to the ceremonial rites, whilst the receptacles and spaces were for the display and even the consumption of the sacrificial remains, be it blood, food, liquids, perfumes or objects. The Altars are decorated with a variety of lower reliefs, representations of gods, human figures in sacrificial or ceremonial acts, animals, the Aztec calendar and cosmographic symbols.

The basalt sculpture shown here is decorated on its four sides with reliefs representing the days of the Aztec ritual calendar, founded on a cycle of 20 names and 13 figures. On opposite panels one can distinguish 'One Jaguar' and 'Ten Jaguar' while it is believed 'Seven-Crocodile' is placed between the two. The fourth side represents 'Four Movement', an important glyph symbolizing the 'Fifth World', the world of the Aztecs themselves, a successor to the preceding worlds, and fated, like its predecessors, to be destroyed in a final apocalypse.

This motif is associated with the upper part of the receptacle which, despite damage, probably represents Tlalechuhtli (the chthonic monster who catches the souls of the dead) and whose claws can still be seen at the edges.

The defacement was probably deliberate and fashioned by the Spanish to re-use the Altar for more Christian purposes, the irregular shape of the basin now bites into the figure of the monster, the surface of the sculpture erased to form a holy water font, stoup or baptismal font.

Thus, beyond cultural and religious upheavals, and as it was often the case, the ancient arts of the Americas were perpetuated in the heart of the New World.

Pascal Mongne

The massive quadrangular altar boldly carved on four sides with days from the Aztec calendar, two of the sides represent a crouching, ferocious feline with bared fangs and talons, whiskers flowing in wavy streams with small circles in the field, indicating numbers, one represents the date “One Jaguar”, the other “Ten Jaguar”, one side carved with an animated anthropomorphic figure wearing a jagged skin and ferocious upper jaw of a creature, probably that of the “Seven Crocodile”, Teociopactli, a primeval sea monster, part crocodilian, part fish with indefinite gender, a flint, Tecpatl knife, extruding from the back, the fourth side with the circular representation of “Four Movement”, the upper part of the altar representing abbreviated images of Tlalteuctli, the Earth Monster, with prototypical feline claws protruding, in her role as the Earth Monster, as borders to a shallow basin, probably an early Colonial transformation of the altar into a baptismal font; in grey basalt.

For a recarved Aztec stone monolith as a Colonial basin see Luján and Fauvet-Berthelot, 2005: p. 174, no. 83.

Brought to you by

Fatma Turkkan–Wille
Fatma Turkkan–Wille

Check the condition report or get in touch for additional information about this

If you wish to view the condition report of this lot, please sign in to your account.

Sign in
View condition report

Lot Essay

Parmi les nombreuses oeuvres que la statuaire aztèque nous a laissées, les réceptacles tiennent une place particulière par leurs formes et leurs fonctions supposées. Trois variétés peuvent être considérées : les tepetlacalli, les cuauhxicalli et les « autels ». Les tepetlacalli sont de véritables coffrets, fermés par un couvercle et abritant des restes humains ou des offrandes sacrificielles. Les cuauhxicalli, le plus souvent zoomorphes (félins, aigles), comportent une sorte de cuve destinée – selon les sources – à accueillir le cœur de la victime après le sacrifice. La troisième catégorie, à laquelle la littérature scientifique donne le nom « d'autel », affiche une très grande unité formelle : cubes parfois imposants dont la partie supérieure est aménagée d'une cavité plane et peu profonde.

La fonction de ces « autels » n’est pas définie avec certitude puisque les sources les citant sont peu précises. Si l'on peut douter de ce rôle, au sens traditionnel du terme (espace au-dessus duquel se déroule la cérémonie), il est en revanche certain que ces structures étaient étroitement liées aux rites en tant que réceptacles et lieux d'exposition voire de consumation des reliefs du sacrifice (restes humains, sang, nourriture, liquides, parfums, objets de culte, etc.).

Ces « autels », dans leur majorité, sont décorés de bas-reliefs de natures variées : représentations de divinités, personnages humains engagés dans des actions cérémonielles et sacrificielles, animaux, dates, symboles calendaires et cosmographiques.

La sculpture ici présente, certainement en basalte, est décorée sur ses quatre faces latérales de bas-reliefs représentant visiblement des jours du calendrier rituel aztèque (fondé sur le cycle de 20 noms et 13 chiffres). On peut distinguer, opposés, « Un-Jaguar » et « Dix-Jaguar », alors que ce qui pourrait être « Sept-Crocodile » est placé entre les deux. La quatrième face est illustrée par « Quatre-Mouvement », glyphe extrêmement important symbolisant le « Cinquième monde », celui des Aztèques. Successeur de quatre Ères précédentes il doit, comme les précédentes, être détruit par une catastrophe finale.

Ce motif eschatologique est associé à la partie supérieure du réceptacle qui, malgré les destructions, pourrait représenter Tlaltecuhtli (le monstre chthonien attrapant les âmes des morts) dont on distingue encore les griffes sur les bords.

Cependant, la forme peu régulière du bassin, semblant « mordre » dans la représentation du monstre, et les destructions l'affectant (et l'effaçant) pourraient être le résultat d'un profond remaniement du début de la période coloniale : le creusement ou surcreusement de la surface de la sculpture afin d'y aménager un bénitier voire une cuve baptismale.

Ainsi, par-delà les bouleversements culturels et religieux, et comme ce fut bien souvent le cas, les arts anciens des Amériques se sont perpétués au sein du Nouveau monde.

Pascal Mongne

Docteur en archéologie et historien de l’art, chargé de Cours à l’Ecole du Louvre, Pascal Mongne se consacre principalement à l’évolution de l’image européenne des Amériques depuis la Découverte et à la question du Faux en art précolombien. Il est membre de l’ArchAm (« Archéologie des Amériques » UMR 8096, CNRS - Université Paris 1), du GEMESO (Groupe d’Etudes Méso-Américaines, EPHE) et du Comité français pour le Corpus Antiquitatum Americanensium (Union académique internationale).

Imposant autel quadrangulaire en basalte gris, sculpté avec vigueur sur ses quatre faces d’une évocation des jours du calendrier aztèque, avec une représentation sur deux côtés d’un féroce félin accroupi avec des crocs et des griffes sortis ainsi que des moustaches émergeant de motifs ondulés avec de petits cercles sur leur surface, et comportant des indications de nombres dont l’un représente la date « Un Jaguar » et l’autre « Dix Jaguars », sculpté sur un autre côté d’une figure anthropomorphe animée qui porte une peau déchiquetée et une impressionnante mâchoire supérieure de créature qui est probablement celle du « Sept Crocodile », Teociopactli, un monstre marin primitif asexué mi-crocodile mi-poisson avec un silex, ou couteau Tecpatl, qui sort de son dos, et sculpté sur son quatrième côté d’une représentation circulaire évoquant « Quatre Mouvement », la partie supérieure de l’autel représentant une iconographie partielle de Tlalteuctli, le Monstre de la Terre, avec ses griffes de félin distinctives en saillie lorsqu’il incarne ce rôle de monstre terrestre et qui encadre un bassin peu profond qui résulte peut être d’une transformation postérieure de la période coloniale.

Pour un autel monolithique aztèque réutilisé après la conquête comme réceptacle, voir Luján et Fauvet-Berthelot, Paris, 2005 : p. 174, n° 83.

More from Art précolombien

View All
View All